top of page
djdjdf.png

Où atterrir ? est une expérimentation artistique, scientifique et politique

qui propose a des citoyen·nes, des agent·es de la fonction publique et des élu·es de mener l'enquête sur leur terrain de vie à partir de leurs attachements : ce à quoi ils tiennent et qui les fait tenir.

Carnet d'atterrissage

Le Collectif Rivage, créé à Bordeaux en 2020, réunit des artistes et des scientifiques.

Carnet d'atterrissage

A la manière d'un carnet de bord, l'équipe du Collectif Rivage a documenté le bourgeonnement de l'expérimentation "Où atterrir ?" entre 2021 et 2023.

by-nc-sa.eu.png

L'accompagnement individuel au processus d'enquête

Les kiosques

Les kiosques sont des entretiens individuels avec les participant.es qui permettent d’approfondir le processus d’enquête. Entre 2019 et 2021, Loïc et Maëliss ont mené environ 160 heures d’entretiens avec les participant.es du bourgeon. Les kiosques peuvent aussi avoir lieu avec des spécialistes comme des agents ou des scientifiques.

 

Les kiosques sont des temps d’entretien individuel avec les artistes-médiateur.rices qui permettent d’aller plus loin dans l’enquête. Maëliss et Loïc ont mené la majorité des kiosques avec les participant.es. Pour celles et ceux qui avaient des relations professionnelles avec l’équipe du bourgeon, ils ont pu être accompagné.es par Chloé Latour au printemps 2022.

 

Pendant les kiosques, Maëliss et Loïc suivent la méthodologie des ateliers avec comme règle d’or : ne jamais donner son opinion, rebondir ou partir en débat. Ce qui est partagé pendant les kiosques reste confidentiel. 

Loïc et Maëliss proposent à chaque participant.e de se retrouver pendant 1h30-2h, en semaine, soirée ou pendant le week-end, dans le lieu de leur choix : chez elle/lui, au café de la Halle des Douves, à LaBase, sur le lieu de travail…

 

I / MENER L’ENQUETE 

 

ETAPE 1 :  l'auto-description : cette première étape dure environ 45 min - 1h 

 

L’équipe et le/la participant.e se retrouve toujours autour d’une table. Maëliss est souvent assise à côté du/ de la participant.e et Loïc est assis en face. Maëliss utilise un grand carnet avec des feuilles blanches sur lesquelles elle écrit mot pour mot les nouvelles entités et les actions que le/la participant.e nomme. Le carnet est placée de telle sorte que le/la participant.e puisse préciser/corriger la collecte si besoin.

Loïc cartographie les entités que le/la participant.e nomme au fur et à mesure, comme une carte mentale. Les documents sont remis à l’issue du kiosques à la/au participant.e. Si besoin, l’équipe photographie les notes pour ses archives mais ne les emportent pas avec elle pour les analyser. 

22-12-03 kiosque Claire (2).jpg
kiosque claire-1.jpg
23-01-22 kiosque Claire Cenon_HD-37.jpg

> Maëliss et Loïc accompagnent la rédaction du questionnaire suivant : 

- Pouvez-vous décrire votre caillou dans votre chaussure, et en quoi il vous fait mal au pied quand vous marchez ?

- Quel est l'être / l'élément / l'entité / l'activité indispensable à votre existence dont vous avez appris que son maintien était menacé ?

- Pouvez-vous décrire précisément en quelques lignes en quoi la présence de cet élément vous est indispensable ?

- Quand avez-vous pris connaissance de cette menace ? 

Le/la participant.e ne se soucie pas de l’écriture qui est prise en charge par les artistes-médiateur.rices : elle peut décrire à son rythme. En fonction de chaque participant.e, les artistes-médiateurs sont amenés à reformuler certaines entités pour avancer ensemble dans la description. A ce stade, ils ne questionnent pas les entités tant que l’enquêteur.rice n’a pas déroulé l'ensemble du paysage. Le but est de commencer l’auto-description en s’ajustant au/à la participant.e.

22-12-01kiosque Albane (9).jpg
22-12-01kiosque Albane (13).jpg
22-12-01kiosque Albane (4).jpg

> Maëliss et Loïc accompagnent le/la participant.e dans la suite de l’auto-description. Cette étape demande des compétences d’écoute active et de précision pour suivre avec attention l’introduction de chaque nouvelle entité (entités humaines, non-humaines, objets sociotechniques…). L’enjeu est de ne pas trier, mais bien d’écrire, dans les termes du/de la participant.e, toutes les entités qu’il/elle nomme. 

 

- Par qui ou par quoi cette entité est-elle menacée ? 

- Par qui ou par quoi cette entité est-elle maintenue ?

 

>  Au terme de cette étape de la description, les artistes-médateur.rices reprennent l’ensemble des notes avec le/la participant.e et commencent le dépliage des entités. Les artistes-médiateur.rices lisent scrupuleusement chaque entité et accompagnent le dépliage de l’entité avec les questions ci-dessous. Les artistes-médiateur.rices continuent de noter scrupuleusement les entités et leurs actions décrites par le/la participant.es en suivant.

 

- Pouvez-vous décrire l’action de l’entité qui menace/maintient le concernement ?

- Pouvez-vous décrire en quoi l’action menace/maintient le concernement ? 

- Comment avez-vous pris connaissance de ce maintien/cette menace ? Quelle est votre expérience ou votre source ? 

- De quoi dépend cette entité ? Par quoi est-elle maintenue ? Par quoi est-elle menacée ?

 

A l’issue de cette étape, il est tout à fait possible que la définition du concernement soit changée par la description des entités. En effet, la description de la somme des entités positives et négatives qui peuplent le terrain de vie permet de préciser la formulation du concernement. Il est possible de renommer, de “tailler” le concernement à tout moment du processus d’enquête. 

kiosque florence mars 2023 (19).jpg
kiosque florence mars 2023 (15).jpg

ETAPE 2. Le positionnement des entités sur la boussole : cette dernière étape dure environ 30 min - 45 min

 

Une fois que les entités + / - sont collectées, les artistes-médiateur.rices accompagnent le/la citoyen.ne dans le remplissage de la boussole. Le/la participant.e écrit une première entité sur un post-it. Les artistes-médiateur.rices l’invitent à la lire et à décrire son action positive ou négative sur le concernement. Ils prennent toujours soin de lire la définition entière du concernement à chaque fois qu’ils y font référence. C’est à force de réitérer ce mouvement, depuis l’entité jusqu’à son action sur le concernement que la description par les effets prend corps et que le/la participant.e peut se l’approprier.

Une fois que l’action est décrite, le/la participant.e positionne le post-it en fonction de son degré de maintien ou de menace : est-ce qu’il menace un peu ? moyennement ? ou de manière très intense ? Le/la participant.e est invitée à ajuster le positionnement de l’entité en fonction de son degré de proximité avec elle : est-elle à ma portée ? Est-ce que je peux prendre un café avec elle ? 

A la fin du kiosque, le/la participant:e replie sa boussole avec les notes et la carte mentale pour poursuivre le processus d’enquête chez elle.

©_Pierre_PLANCHENAULT-01262 (1) ryer.jpg
23-01-22 kiosque Claire Cenon_HD-9.jpg
23-01-22 kiosque Claire Cenon_HD-49.jpg

II / ACTION ET PUISSANCE D'AGIR

Lorsque la partie basse de la boussole, qui correspond à la situation actuelle, est suffisamment remplie, le/la participant.e peut commencer à remplir la partie supérieure de la boussole correspondant à la situation future. Il y a un va et vient entre les deux parties de la boussole qui varie en fonction de chacun.e. 

Les artistes-médiateur.rices proposent au/à la participant.e de poursuivre l’auto-description : 

 

- Qu'est-ce que vous êtes prêt.e à faire pour défendre votre concernement ?

 

Cette étape s’appuie sur le travail de description précédent qui permet de visualiser l’ensemble des entités + / - sur la boussole. A partir de cette première cartographie, il est possible de réagencer les entités sur le terrain de vie. Pour cela, les artistes-médateur.rices proposent de questionner pour chaque entité menaçante : 

 

- Que puis-je faire pour que cette entité n'ait plus d’effet sur mon concernement ?

 

L’objectif n’est pas d’atomiser la menace, mais de repérer des actions qui la feraient sortir de la boussole ou la convertiraient en alliée. Si l’entité est trop générale, il est peut-être nécessaire de la déplier pour avoir à nouveau de la prise sur celle-ci. Comme toujours, les artistes-médiateur.rices notent la description du/de la participant.e pour ensuite lire scrupuleusement ce qui a été décrit et affiner l’auto-description. 

Ces nouvelles entités action sont inscrites sur des post-it qui sont ensuite positionnés sur la partie haute de la boussole. Une fois que les actions ont été réalisées, et seulement si elles ont un effet + / - sur le concernement, elles viennent se positionner en bas de la boussole. Si elles n’ont pas eu d’effet, elles sortent de la boussole.

23-01-22 kiosque Claire Cenon_HD-8.jpg
23-01-22 kiosque Claire Cenon_HD-fff.jpg

III / DOLEANCER

 

Les participant.es qui sont engagé.es dans un processus de doléance peuvent être accompagné.es dans la documentation du cercle politique en kiosque. Les artistes-médateur.rices accompagnement le processus de description avec le questionnaire ci-dessous : 

 

PARTIE DU CERCLE : DU BAS VERS LE HAUT 

 

1. Le problème (injustice, indignation, plainte…) : quel est le caillou dans votre chaussure qui vous fait mal quand vous marchez ? 

2. L’enquête menée sur le terrain de vie : quel est votre concernement : ce à quoi vous tenez, qui vous fait tenir et qui est menacé de disparaître ?

 

3. Construction de groupes d’intérêts avec qui composer la doléance [MULTIPLE] :

- Avec quelle entité construisez-vous un groupe d'intérêts pour composer la doléance ? Quels sont ses intérêts ?

- Comment accordez-vous vos intérêts pour composer la doléance ? Par quels moyens ?

- Comment formulez-vous la doléance ?

 

—-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

4. Adresse de la doléance 

-  Quelle entité adresse la doléance ? Par quels moyens ?

- Comment énonce-t-elle la doléance ? 

- A qui s’adresse-t-elle ?

 

5. Réception et traitement de la doléance [MULTIPLE]

- Quelle entité reçoit la doléance ? Par quels moyens ?

- Comment traite-t-elle la doléance ? Par quels moyens ?

- Comment la doléance est-elle formulée ?

- A quelle entité est-elle ensuite adressée ?

 

PARTIE DU CERCLE : DU HAUT VERS LE BAS 

 

6. ​Décision 

- Quelles sont les entités décisionnaires ? Par quels moyens trouvent-ils un accord ? 

- Comment la décision est-elle formulée ? 

 

7. Mise en oeuvre de la décision [MULTIPLE]

- Quelle entité met en œuvre la décision ? Par quels moyens ? 

- Comment formule-t-elle cette mise en œuvre de la décision ?

- A quelle entité s’adresse-t-elle ?

 

—-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

8. Adresse de la décision à appliquer 

-  Quelle entité adresse l’application de la décision ? 

- A qui l’adresse-t-elle ? Par quels moyens ?

- Comment formule-t-elle la décision à appliquer ? 


 

9. Réception et application de la décision  [MULTIPLE]

- Quelle entité reçoit la décision ? Par quels moyens ?

- Comment applique-t-elle la décision ? 

-  Comment formule-t-elle cette décision ?


 

10. Réussite / échec / reprise du cercle politique 

- Le problème initial est-il résolu ? 

-  Si oui quelle est la nouvelle situation ?

- Si non ou partiellement, à qui pouvez-vous reprendre le cercle politique? 

23-01-22 kiosque Claire Cenon_HD-43.jpg
23-01-22 kiosque Claire Cenon_HD-20.jpg

KIOSQUES AVEC DES PERSONNES RESSOURCES 

 

Les participant.es peuvent demander à mener des kiosques avec des personnes ressources, membres du Collectif Rivage, des comités scientifiques régionaux comme Futur-Acts, Acclimaterra, Ecobiose ou avec d’autres spécialistes qu’ils identifient, comme les agents participants aux ateliers ou en dehors. 

23-01-22 kiosque Claire Cenon_HD-34.jpg
23-01-22 kiosque Claire Cenon_HD-12.jpg
23-01-22 kiosque Claire Cenon_HD-21.jpg

KIOSQUES POUR LA MISE EN BOUSSOLE NUMERIQUE 

23-06-18 rituel de fin Carre_web-78dbbd.jpg
23-01-22 kiosque Claire Cenon_HD-39.jpg
23-03-11 OAB Atelier Carré - carto sonore WEB-80 rzgzr.jpg
bottom of page